Culture de la truffe (1814)

culture_truffe

Jadis, la truffe était uniquement issue de truffières naturelles jusqu’au jour où un agriculteur du Vaucluse, Joseph Talon, eut l’idée de semer des glands issus de chênes truffiers; les premières récoltes au pied des jeunes chênes issus de ces glands commencèrent en 1814. Entre 1890 et 1914, la France connaîtra son âge d’or de la trufficulture avec une production estimée entre 1500 et 2000 tonnes par an.

Après 1918, la production va tomber progressivement pour descendre en dessous des 20 tonnes dans les années 70. Depuis lors, l’INRA a entrepris des recherches qui ont permis de relancer la production. Celle-ci toutefois, ne dépasse guère une soixantaine de tonnes par an. D’autant que la truffe française est maintenant concurrencée par la truffe chinoise, moins savoureuse mais moins chère.

L’origine de la truffe a longtemps paru mystérieuse. Ainsi au Moyen Âge, la croyait-on une création du diable (sa couleur noire, sans doute) et on se gardait de la consommer. Pourtant, elle était déjà connue et appréciée des Egyptiens qui la mangeaient cuite en papillote, et les Romains lui attribuaient des vertus à la fois gustatives et aphrodisiaques. Ce sont les travaux de botaniste français claude Joseph Geoffroy, en 1711, qui permirent de classer la truffe dans les champignons.

Add Comment

Translate »