ISS : station spatiale internationale

iss-station-spatiale-internationale

Elle s’est appelée Freedom dans les années 70, puis Alpha. On l’appelle maintenant ISS (International Space Station). Quatorze pays ont participé à cette grande aventure : les dix membres européens de l’ESA, les Etats-Unis, la Russie, le Canada et le Japon. L’assemblage de la station spatiale internationale a été réalisé en orbite, entre 335 et 460 km de la Terre. Le premier module, Zarya, a été lancé le 20 novembre 1998 par une fusée russe Proton. Le 7 décembre, le nœud de connection américain Unity était amarré à Zarya. Il avait été transporté par la navette Endeavour, et c’est un bras robotisé canadien qui a agrippé Zarya pour l’approcher de la navette. Deux astronautes américains ont ensuite fait plus de sept heures de travail dans l’espace pour effectuer tous les branchements. Le 10 décembre 1998 ; Robert Cabana (USA) et Sergueï Krikalev (Russie), pénétraient pour la première fois dans l’embryon de la station. Des dizaines de vols ont été nécessaires pour transporter tout le matériel. L’ISS mesure quelque 110m de long sur 74 m de large et pèse plus de 400 tonnes. Elle fait le tour de la Terre 16 fois par jour à une vitesse de 28 000 km/h. La station spatiale internationale accueille à son bord en permanence entre 3 et 6 astronautes. Un équipage qui se consacre la majeure partie de son temps à la recherche scientifique dans l’environnement spatial. En novembre 2016, Thomas Pesquet est le 10eme français à rejoindre l’ISS. Le spationaute a décollé le 17 novembre de Baïkonour au Kazakhstan à bord d’un lanceur russe Soyouz. Un russe et une américaine faisait partie de l’équipage. Durant son séjour de six mois autour de la terre, Thomas Pesquet participera à la mission baptisée « Proxima » du nom de l’étoile la plus proche du soleil. Des dizaines d’expériences attendent l’astronaute pour faire avancer la connaissance du corps humain, la physique et la biologie.

Translate »