Bougie (vers 3000 ans avant J.C.)

bougie

bougie

Symbole de vie, de fête, de cérémonie, de romance ou encore de richesse, la bougie est, avec la lampe à huile, la plus vieille méthode d’éclairage. La bougie existeraient depuis environ 3000 ans av. J.C.. Ce sont probablement les Romains qui en ont diffusé l’usage dans toute l’Europe. Largement répandu dans les églises et les grandes demeures, ce moyen de se procurer de la lumière dû attendre le XVIe siècle et l’amélioration des conditions de vie des pauvres pour pénétrer dans de modestes foyers.

bougie

bougie

Les chandelles destinées à l’usage quotidien étaient faites de suif, de la graisse animale purifiée (mouton ou boeuf). La graisse était fondue dans un grand chaudron et l’on écumait d’abord les impuretés quand elles remontaient à la surface. On ajoutait ensuite de l’eau, pour emprisonner le reste, pris entre l’eau et la graisse. Les résidus ainsi produits étaient pressés pour en extraire le suif. On fabriquait la mèche en tordant ensemble plusieurs fils de coton. Ces derniers étaient bien tendus pour faire disparaître les nœuds, qui provoquaient des grésillements.
Les bougies les moins chères étaient dites « chandelles à la plongée ». Elles dégageaient une fumée noire et malodorante . L’artisan suspendait plusieurs mèches à une tige et, tenant celle-ci aux deux extrémités; les plongeait dans un bain de suif fondu, dont elles étaient enduites. Il les mettait à sécher avant de renouveler l’opération à plusieurs reprises, jusqu’à qu’elles aient la grosseur désirée. La base, conique, était ensuite supprimée par un passage sur une plaque de laiton chauffée.

bougie cire d'abeilles

bougie cire d’abeilles

Les bougies de cire d’abeille affichaient de bien meilleures performances : elles fumaient moins, brûlaient en donnant plus de lumière, et surtout sans provoquer de mauvaise odeur. Dans ce cas là, la cire était fondue, filtrée pour en ôter les impuretés, puis on l’étendait au soleil en bandes minces afin de la blanchir et de lui faire perdre sa couleur jaune. Elle était alors fondue dans un chaudron et versée sur les mèches, suspendues à une sorte de cerceau de fer installé au-dessus. Les bougies, encore molles et tièdes, étaient mises en forme à l’aide de rouleaux de bois dur, qu’il fallait humidifier pour qu’elles n’y adhèrent pas.
Enfin, outre la lumière qu’elle procure, la bougie fut aussi utilisée pour mesurer le temps. Il suffisait de faire des graduations sur sa longueur. Aujourd’hui, l’électricité a bien sûr pris le dessus, mais les bougies sont toujours très présentes dans nos foyers: pour la décoration bien sur, mais aussi pour les grandes occasions comme les anniversaires voir les diners en amoureux.

cf:Lighting in the domestic interior, renaissance to art nouveau,
Philip Wilson Publishers Limited, pour Sotheby’s Publications

Translate »