Zyban : pilule anti-tabac sans nicotine (1997)

zyban_1

58 % des fumeurs déclarent vouloir arrêter de fumer… c’est ce qu’indique le Baromètre Santé 1999/2000 du Comité Français d’Education pour la Santé. Si beaucoup d’anciens fumeurs sont parvenus à dire non à la cigarette sans aucune aide, ils sont encore nombreux à attendre le médicament qui les accompagnera durant leur sevrage. Parmi les substituts nicotiniques, on trouve bien évidemment, les patchs, et autres chewing-gums, pour éliminer les symptômes de manque.
Nouveau venu, le Zyban mis au point par le laboratoire GlaxoSmithKline. Ce médicament (le buproprion de son appellation internationale), est à l’origine un anti-dépresseur, dont les propriétés anti-tabagiques ont été découvertes fortuitement après sa mise sur le marché américain. Il a été commercialisé pour la première fois aux états unis en mai 97. La france ne l’a homologué qu’en septembre 2001.

Selon le laboratoire qui fabrique le Zyban, ce dernier permet d’obtenir 20 à 30% de réussite lorsqu’il est pris en association avec le patch à la nicotine. Sur le marché américain depuis 1998, le Zyban peut ainsi aider les fumeurs les plus invétérés, notamment ceux qui, en dépit de graves problèmes pulmonaires, continuent à allumer leurs cigarettes.
D’après une étude menée par le laboratoire sur un groupe de 411 quinquagénaires américains, souffrant de problèmes pulmonaires et gros fumeurs (deux paquets par jour environ), ceux qui avaient pris du Zyban ont pratiquement doublé leurs chances d’arrêter de fumer, passées de 9% à 16%.
Le Zyban présente néanmoins une contre-indication absolue: l’épilepsie, compte tenu des convulsions que le médicament peut provoquer. En France, le médicament est vendu 557 francs (84,91 euros), la boîte de 60 comprimés, non remboursée par l’assurance-maladie. La durée du traitement est de sept à neuf semaines: un comprimé les six premiers jours, puis deux comprimés en deux prises espacées de huit heures au moins.

Add Comment

Translate »