Premier circuit intégré vivant (2001)

snail

La science n’a décidément pas de limite. Une équipe de biochimistes allemands a pour la première fois réussi à connecter des cellules neuronales vivantes à des microprocesseurs à base de silicium, créant ainsi le premier circuit intégré hybride, mélange de vivant et d’électronique. Les chercheurs, Günter Zeck et Peter Fromhertz, de l’Institut allemand Max Planck à Munich, ont prélevé une vingtaine de neurones d’escargot, puis les ont insérés dans des transistors à effet de champ, capable d’amplifier d’infimes voltages et reliés à une source d’énergie. Ils ont ensuite connecté entre elles les cellules cérébrales. Selon les scientifiques, le signal électrique produit par la puce au silicium s’est propagé dans les différents neurones avant de revenir vers le semi-conducteur. Le premier circuit intégré partiellement vivant venait de voir le jour.
Ce type de recherche préfigure la médecine du futur, qui pourrait permettre la réparation de parties de système nerveux endommagées, par la combinaison de microprocesseurs et de neurones pour redonner au patient sa vue ou sa motricité perdue. A long terme, des applications industrielles sont également possibles, notamment pour l’élaboration d’ordinateurs capables de s’adapter à différentes situations et de raisonner à la façon d’un cerveau.

15310cookie-checkPremier circuit intégré vivant (2001)
Translate »